Image CAPTCHA

Cela nous aide à éviter les spams, merci.

Chargement...

BASQUIAT Jean-Michel , biographie de l’artiste

Basquiat fait partie des pionniers de l’art contemporain par l’importance et l’abondance de son œuvre. Basquiat était un artiste avant-gardiste qui a su comment abattre les banalités au profit de l’art.

Graffiteur au style percutant et original puis peintre virtuose capable de véhiculer un message spontané, enfantin et à la fois effroyablement sérieux, son œuvre pointe vers une nervosité et une violence bien particulières, caractéristiques très représentatives du personnage qu’il était.

Regard sur l’un des piliers de l’art et sa contribution déjà très reconnue dans l’histoire.

Oeuvre par Jean-Michel Basquiat

Basquiat à ses débuts comme artiste

Né d’une mère portoricaine et d’un père haïtien en 1960, Basquiat démontre dès son plus jeune âge un intérêt très prononcé pour l’art. Sa mère, attirée par le monde artistique, l’amène fréquemment visiter les musées new-yorkais afin de développer son talent ainsi que son intérêt de façon plus poussée.

Passionné par le dessin

Le jeune Basquiat est un passionné de dessin. On retrouve d’ailleurs de nombreux cahiers remplis de croquis basés sur les illustrations du dictionnaire. Il continue à dessiner toute son enfance durant, illustrant à l’école des livres pour enfants, et dans ses temps libres, exécutant des dessins inspirés des films d’Alfred Hitchcock, de bandes dessinées ou d’automobiles. Le graffiteur est par ailleurs un passionné de lecture. Il fait la lecture de volumes dans trois langues différentes, soit l’anglais, le français et l’espagnol.

Vers l’âge de sept ans, il se voit contraint d’être hospitalisé suite à un accident de voiture.

Pour faire de son séjour un élément plus positif, sa mère lui offre un livre d’anatomie intitulé « Gray’s anatomy ». Ce dernier constitue une influence majeure pour Basquiat qui s’en sert comme inspiration dans le cadre de la première partie de son oeuvre, quelques années plus tard.

De Porto Rico à New York

Durant deux ans, soit de 1974 à 1976, la famille Basquiat vit à Porto Rico pour des raisons professionnelles. Jean-Michel Basquiat y débute son adolescence de façon rocambolesque. De retour à New York en 1976, il est inscrit dans une école pour jeunes doués et y fait la rencontre d’un personnage qui deviendra son grand ami et compagnon graffiteur, Al Diaz.

Du dessin à la peinture

En 1976, Basquiat et Diaz commencent à peindre au spray à Manhattan. Leurs oeuvres comportent toutes deux caractéristiques particulières, soit une certaine poésie ainsi que d’étranges symboles. Ces dernières leurs deviennent d’ailleurs graduellement typiques.

Glenn par Basquiat

Basquiat découvre le graffiti

C’est en 1977 que Basquiat commence à signer ses graffitis SAMO (ou same old shit ), signifiant en français littéralement « même vieille merde » ou plus proprement dit « rien de neuf ».

Historique du graffiti

Le graffiti, longtemps négligé de toutes parts, occupe maintenant une place importante dans l’art moderne. Il a toujours existé, au fil des millénaires, et ce, sous différentes formes. Souvent indicateur de la culture et de l’éducation d’une société ancienne, parfois littéralement réprimée, il est pourtant vivant et vibrant

Le graffiti urbain a quant à lui fait son apparition avec les guerres ou lors de révolutions (Seconde Guerre mondiale, Guerre d’Algérie, Mur de Berlin, Irlande du Nord, etc.). Il se voulait souvent un cri de revendication, une façon d’exprimer une colère ou une manière d’afficher ses couleurs pour des peuples n’ayant souvent pas le droit de parole.

Le graffiti a finalement traversé les océans pour se retrouver aux États-Unis dans les années 1960.

Graffiti dans le métro de New York

À ce moment, la « culture » graff s’affranchit. Formé de groupes d’individus s’assemblant pour divers points communs (origines ethniques, opinions politiques, états sociaux, etc.), l’art se répand. On le pratique particulièrement dans le métro de New York, alors que certaines rames sont pratiquement saturées de couleurs, motifs, citations ou autres.

Graffiti partout en Amérique du Nord

Vers la seconde portion des années 1970, les graffitis commencent à être sévèrement punis dans le métro de New York. C’est ainsi que l’on commence à en voir apparaître sur les murs des arrondissements les plus défavorisés ainsi qu’en diverses villes américaines (Chicago, San Francisco, Los Angeles, Philadelphie, etc.) pour ensuite faire un retour en force en Europe. C’est d’ailleurs au cours de cette même époque que le milieu artistique s’intéresse au sujet.

Une multitude de « graffers » devenus célèbres, dont Basquiat, peignent des toiles, qu’ils exposent ensuite en galeries d’art. Ces artistes nomades ont dorénavant acquis respect et notoriété du milieu, mais aussi du monde artistique en général, pour les oeuvres, souvent majestueuses, qu’ils ont réalisées.

L’artiste graffiteur

Les graffers, aussi appelés graffiti-artists, graffiteurs, graffs ou writers, emploient diverses techniques et inspirations pour rendre leur art le plus vibrant possible. Parmi ceux-ci, pochoirs, aérosols et poésie ne sont que quelques exemples de la versatilité du courant.

Peinture de Basquiat

Les périodes de la vie de Basquiat

La carrière de Basquiat se divise en trois périodes spécifiques et particulièrement significatives.

1980 et 1982

Durant la première, entre 1980 et 1982, l’artiste démontre son obsession pour la mort de l’homme en peignant, la plupart du temps sur toile, des représentations de silhouettes squelettiques ainsi que des visages s’apparentant à des masques.

Aussi, il peint en s’inspirant de ce qu’il voit dans la rue : enfants, voitures, graffitis, pauvreté, etc. En 1982, il est invité à participer à une exposition avec plusieurs autres artistes émergeants tels que Julian Schnabel, Francesco Clemente et David Salle. D’ailleurs, Schnabel réalisera en 1996 le long métrage biographique intitulé Basquiat, en l’honneur de son ami.

1982 à 1985

De 1982 à 1985, l’artiste révèle son intérêt pour son identité noire et son histoire en représentant des personnages noirs historiques ou contemporains faisant figure de proue ainsi que les évènements qui en découlent.

Son travail se compose essentiellement de peintures sur panneaux multiples, pleines de superpositions d’éléments, allant de l’écriture au collage, par exemple.

1986 à 1988

La troisième et dernière période s’échelonne sur deux ans : de 1986 à 1988, année de sa mort. Basquiat peint en utilisant des techniques, des styles et des éléments jusque-là jamais utilisés dans son oeuvre. L’influence de l’héroïne, dont il dépend, est très palpable.

En février 1987, la mort de Andy Warhol vient bouleverser le coeur et l’âme de Basquiat , déjà en un très mauvais état suite à ses abus d’héroïne. Le jeune homme n’est plus le même suite à ces évènements. Son sentiment d’être incompris s’encre davantage dans sa vie quotidienne : seul Warhol savait comment le toucher.

L’artiste s’éteint le 12 août 1988, à l’âge de 27 ans, d’une surdose d’héroïne.

two heads

L’impact de l’oeuvre de Basquiat

Basquiat eut un impact majeur sur l’art. Bien que l’ensemble de son oeuvre est captivante, la dernière période de sa vie fut particulièrement significative pour plusieurs.

Entre 1986 et 1988, année de sa mort, l’artiste fait l’utilisation de méthodes de création inusitées et jusque-là jamais utilisées dans son œuvre, ce qui a pour résultat de maximiser son influence. Ainsi, des artistes tels que Marc Gonzales, Kelly D. Williams ou Raymond Morris se sont abreuvés de ses techniques, influence très visible dans l’œuvre de ces derniers.

Le côté hybride de son art, résultat d’un mélange de techniques telles que la peinture, le graffiti et les collages par exemple, donne envie aux autres artistes de sans cesse rendre leurs œuvres plus originales et percutantes, résultat direct de l’apport du prodige.

Si Basquiat admettait avoir puisé son influence dans l’œuvre de Dali, de Picasso, de Goya ou de Warhol, ses réalisations n’ont rien à envier à celles de ses prédécesseurs. Il est lui-même devenu l’un des personnages les plus fascinants et intrigants de l’histoire de l’art et continuera toujours d’envoûter et d’inspirer les artistes à venir.

art of boxing

Rencontre avec Andy Warhol

1978 signe l’émancipation de l’artiste. Il quitte le nid familial et décide de vivre seul. Il assure sa subsistance en vendant des t-shirts et des cartes postales sur la rue.

À cette époque, il se met à fréquenter diverses boîtes, notamment le Club 57 et le Mudd Club et il y fait la rencontre des grands du moment (Bowie, Madonna, Warhol, etc.). C’est au cours de cette période qu’il vend l’une de ses cartes postales à Andy Warhol, ce qui constitue un élément déterminant de sa vie.

Basquiat et Warhol

Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat furent officiellement présentés l’un à l’autre à l’automne 1982 par Bruno Bischofberger, vendeur d’art suisse. Leur rencontre s’avéra fructueuse puisqu’en est issue une solide amitié, mais aussi, plusieurs collaborations professionnelles qui perdurèrent jusqu’à la mort de Warhol en 1987.

Les deux artistes possèdent un style qui leur est propre et sont des légendes dans leur art, donnant ainsi à leurs collaborations succès et originalité, deux éléments très recherchés de la gent artistique.

Voici quelques-unes des oeuvres de Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat:

oeuvres untitled

Biographie sur la vie de Jean-Michel Basquiat

La vie de Jean-Michel Basquiat fut pour plusieurs sources d’influence. Certains se sont inspirés de son oeuvre, d’autres de sa vie tout court, mais chose certaine, son parcours ne laisse personne indifférent.

La vie de Basquiat vu par Julian Schnabel

En 1981, l’artiste est un illustre inconnu de 19 ans qui réalise des graffitis. Rapidement, après sa découverte par Andy Warhol, il devient l’un des artistes les plus convoités et les plus « glamour » du monde. Ses expositions sont des évènements courus et attendus de tous, les galeries d’art se l’arrachent, les collectionneurs sont prêts à payer de rondelettes sommes pour ses tableaux.

Malgré tout son succès, le jeune homme souffre d’une insoutenable solitude, tout en subissant l’incompréhension de ses pairs et particulièrement de sa famille. Il plonge ainsi dans l’enfer de la drogue et meurt prématurément d’une surdose d’héroïne à l’âge de 27 ans, en 1988.

Julian Schnabel est peintre, mais aussi un ami personnel de Basquiat et il qui fera toujours partie de la constellation gravitant autour de ce dernier.

Pour lui, il était d’une importance capitale de faire de sa première réalisation cinématographique un récit fidèle à la vérité, authentique, en mémoire de son ami. Le film n’apporte donc pas d’éclaircissements à savoir qui était vraiment et profondément Jean-Michel Basquiat. Il n’apporte pas non plus de réponses au monde artistique au sujet de la mort et de la consommation de drogue. Il ne fait que montrer un Basquiat, tel qu’il l’était.

Quelques-unes des œuvres de Basquiat

Voici quelques-unes des œuvres d’art les plus célèbres de l’artiste-peintre Jean-Michel Basquiat. Il possède un style et une technique de peinture qui lui sont particuliers.

   

   

Jean-Michel Basquiat en vidéo

Voici quelques vidéos et films présentant l’artiste Jean-Michel Basquiat.

 

Vente aux enchères d’un Basquiat

Une oeuvre d’art de Basquiat vendue pour 14 millions de dollars dans une vente aux enchères à New York. Le batteur du célèbre groupe rock Metallica, Lars Ulrich, a mis la main sur une peinture de Jean-Michel Basquiat pour la somme de 14 millions de dollars dans une vente aux enchères à New York.

La maison Christie’s a mentionné que l’enchère pour “Untitled (Boxer)” avait dépassé la préestimation de plus de 12 millions de dollars. Le tableau, peint en 1982, montre un boxeur aux larges épaules avec les poings dans l’air sur un style graffiti.

Le record actuel pour la vente aux enchères d’un Basquiat est de 14,6 millions de dollars pour “Untitled” qui s’est vendus à Sotheby’s l’an dernier. Le “Study for Self-Portrait” de Francis Bacon n’a pas été vendu. Selon les estimations de Christie’s, il aurait dû être vendu pour environ 40 millions de dollars.

Jean-Michel Basquiat xxl

0
    0
    Panier
    Votre panier est videRetour au shop