Image CAPTCHA

Cela nous aide à éviter les spams, merci.

Chargement...

DADAÏSME et liste des artistes

Durant la Première Guerre mondiale, le DADAÏSME, ou Dada, prend d’assaut le monde de l’art moderne.

En Europe comme en Amérique, de jeunes artistes tels que Hugo Ball (écrivain), Marcel Duchamp (plasticien), Tristan Tzara (écrivain et poète) et Marcel Janco (peintre et architecte) remodèlent l’art en effectuant à travers leurs œuvres une véritable recherche de la liberté, de la légèreté et de l’humour.

Par maints jeux de langage, les artistes Dada, adolescents durant la guerre, désirent donner une connotation positive à tous les mots, pour faire table rase avec le langage et la logique du monde, instaurer une vision et des valeurs nouvelles, plus proches de leurs idéaux.

origines du Dada

Les origines du Dada

Le Dada, ou dadaïsme est un mouvement intellectuel et artistique, apparu pour la première fois à Zurich en 1916.

Lors d’une soirée de février, au cabaret Voltaire de Zurich, plusieurs acteurs du monde des arts contemporains de l’époque, dont Hugo Ball, Tristan Tzara, Emmy Hennings et Marcel Janco, donnent naissance au mouvement.

Les artistes du Cabaret Voltaire

Désireux de s’évader de l’ambiance lourde qui règne à l’époque sur le monde, des jeunes artistes de Zurich se réunissent au Cabaret Voltaire pour présenter et assister à diverses manifestations d’art, autant littéraire que musical ou visuel.

Devant l’absurdité de la guerre, les artistes Dada croient à un art frivole, ludique et léger. Par la destruction, ils veulent faire table rase et recréer un monde nouveau, animé par une philosophie et un art dépassant toutes les limites.

Le mouvement grandit très vite et sort du Cabaret Voltaire pour s’épanouir en Allemagne, puis dans toute l’Europe. S’opposant à l’expressionnisme et à l’art abstrait, le mouvement, qui n’a pas vraiment de chef de file, intrigue et attire les foules.

Au niveau esthétique, Dada est marqué par la spontanéité de la création : les artistes se plaisent à exécuter des performances devant public, explorant la part de hasard qu’amène l’art de performance.

Devant l’absurdité de la guerre, les artistes Dada croient à un art frivole, ludique et léger.

La mission de Dada

La mission de Dada est de réagir aux horreurs de la Première Guerre mondiale, en rappelant qu’il existe toujours, en dehors des désastres causés par les affrontements, une vie, et, comme le dit Ball, « des hommes et des femmes qui vivent d’autres idéals ».

Le terme Dada

Le terme Dada est issu d’un jeu de hasard : les fondateurs se munissent d’un dictionnaire, y insèrent un coupe-papier et donnent à leur nouveau-né le premier mot sur lequel ils tombent.

Dada, terme qui se prononce et se lit dans pratiquement toutes les langues, représente bien les désirs d’internationalité et de mixité que veulent aller chercher les fondateurs du groupe.

En encourageant les artistes de tous milieux et en acceptant des propositions de toutes natures, Dada réunit les avant-gardes et se développe en de multiples branches, qui donneront naissance à plusieurs mouvements artistiques, dont le surréalisme d’André Breton.

La mission de Dada est de réagir aux horreurs de la Première Guerre mondiale.

Des représentations spontanées

Dada est ambitieux dès ses premiers pas. D’abord simple terme ludique qui réunit des artistes et intellectuels aux idéaux communs, il évolue vite en revue, puis en galerie, qui ne durent pas longtemps, ni l’une, ni l’autre, mais témoignent quand même d’une volonté des fondateurs de répandre leurs idées le plus largement possible.

Les fondateurs de Dada encouragent les représentations spontanées au Cabaret Voltaire, ce qui donne naissance à plusieurs performances éphémères et va même jusqu’à influencer l’œuvre de certains chorégraphes contemporains, tels que Sophie Taeuber.

Le DADAÏSME et l’érotisme

Le Dada et l’érotisme sont très liés l’un à l’autre. En ce sens, l’Américaine Clara Tice, peintre caricaturiste et poétesse, stupéfie le chaste peuple américain en publiant sa propre version des Fables de La Fontaine.

Cette version choque puisqu’elle contient les illustrations habituelles, mais de façon érotique. Bien entendu, ses oeuvres furent confisquées par les autorités.

Par ailleurs, Beatrice Wood, célèbre artiste peintre américaine que l’on surnommait « Mama of Dada », s’est elle aussi illustrée en réalisant des oeuvres évoquant l’érotisme.

Emmy Hennings, compagne de Hugo Ball et co-fondatrice du Cabaret Voltaire à Zurich devint par ailleurs figure « emblématique » du cabaret en assumant l’animation des soirées par le chant ou la danse, et ce en toute sensualité.

Il s’agit aussi d’une époque significative pour la libération de la femme dans le monde artistique. Elles obtiennent enfin la reconnaissance méritée dans ces vocations qu’elles occupent d’ores et déjà à part entière : la peinture, la danse et l’art graphique.

Dès 1920, Tristan Tzara nomme des « Dada ‘s girls », jeunes femmes libres et frivoles qui deviennent en quelque sorte les ambassadrices Dada. Ces jeunes femmes sont anticonformistes, originales, désinvoltes. Elles suscitent les réactions et provoquent sans cesse dans leur art, mais aussi par les mouvements ou la danse en solo.

Le dadaïsme et l’humour

Dada et humour ne font qu’un. Le mouvement fut d’abord et avant tout créé dans le but de briser toutes les conventions imposées dans l’art par l’irrévérence et la dérision.

L’humour s’allie donc d’emblée à la pensée dadaïste.

La mise en relief de l’esprit d’enfance est visible dans toutes les sphères artistiques du dadaïsme. Les artistes adhérant au mouvement se sont employés à inventer des langages hétéroclites, extravagants, en jouant avec les mots, leur donnant ainsi une connotation plus joyeuse.

Cette volonté d’incongruité était en fait causée par la jubilation d’être encore en vie, suite aux années infernales que la Première Guerre mondiale venait d’occasionner. Les jeunes gens sentaient le besoin de scander leur bonheur haut et fort, et ce avec raison.

L’expansion du mouvement Dada

Le mouvement Dada s’étend en Allemagne, à Paris, et même aussi loin qu’aux États-Unis !

Une telle expansion ne peut qu’entraîner la diversification du mouvement : alors que les fondateurs de Dada prônaient une liberté d’expression totale et une violence certaine.

Dans l’optique de détruire le monde, d’en balayer les débris et de le rebâtir de zéro, la branche dadaïste allemande se tourne vers le politique, s’opposant à la fois aux arts abstraits, mais aussi à l’expressionnisme militant, alors que la branche parisienne donnera naissance au surréalisme.

Le désir des dadaïstes est de se défaire de l’ambiance lourde et mortifère qui règne sur le monde, de faire table rase afin de rebâtir un monde qui ressemble à la jeune génération adulte.

La branche américaine, à toute une panoplie d’arts contemporains désacralisant les images saintes, utilisant des objets usuels en tant qu’objets d’art, et exploitant, plus qu’ailleurs, le côté psychédélique de l’image.

oeuvre dada

Dada en France

Si Dada naît à Zurich, il connaît à Paris une effervescence sans pareil.

Lorsque Tristan Tzara y met les pieds, il tombe sur trois jeunes auteurs, André Breton, Louis Aragon et Philippe Soupault, qui ont lu son manifeste Dada et qui adhèrent à ses idées.

Scission entre Dada et surréalisme

Le jeune trio trouve dans les idées de Tzara une étincelle qui ravive leur ferveur intellectuelle, perdue lors de la guerre dans les affres de la désillusion.

Cependant, Breton, Aragon et Soupault déchantent vite : en 1921, une nette scission est déjà en train de s’établir, la moitié des dadaïstes suivant Tzara dans ses idées destructrices et son admonestation de l’action gratuite, alors que l’autre, qui deviendra le surréalisme, suit André Breton sur une voie plus douce, qui vise à canaliser l’énergie destructrice en un cheminement plutôt qu’une fin explosive.

La fin du dadaïsme de Tristan Tzara se produit à l’occasion du procès fictif de Maurice Barrès.

La fin du DADAÏSME

En 1921, la revue belge Ça ira ! annonce la mort de Dada dans un numéro spécial.

André Breton, auparavant sympathisant du mouvement, se prononce tout d’un coup radicalement contre son renouvellement, déclarant qu’il tourne en rond.

La fin du dadaïsme de Tristan Tzara se produit à l’occasion du procès fictif de Maurice Barrès, auteur nationaliste, que les auteurs Dada considèrent comme un danger pour la liberté intellectuelle.

Cependant, la faction Dada, tellement déchirée par des désaccords internes, finit par s’accuser elle-même, et le procès ne vient jamais à terme.

Confinée à la littérature par l’effervescence des avant-gardes dans les autres courants artistiques, le Dada parisien compte parmi ses figures de proue des littéraires obsédés par les questions de langage tels que Breton, mais aussi Paul Éluard, Jean Paulhan et Erik Satie. Ces artistes, conservant le caractère subversif de Dada, choisiront quand même d’aller de l’avant et de plonger dans le surréalisme, jugeant que l’école de Tzara a duré trop longtemps.

Malgré tout, Dada a produit à Paris de grands artistes, notamment Marcel Duchamp et Francis Picabia, qui feront la grande majorité de leur carrière aux États-Unis.

Dada en Europe

Dada en Europe

Très vite après sa fondation, le mouvement Dada s’étend partout en Europe, dépassant même les frontières du vieux continent pour aller s’installer en Amérique et au Japon.

Les fondateurs de Dada, de provenances diverses, partagent un idéal commun : celui de débarrasser le monde de l’esprit de la guerre pour y installer une mentalité et un art nouveau.

Les artistes en Europe

En Allemagne, Jean Arp (poète) et Max Ernst (peintre et sculpteur) connaissent un succès retentissant.

À Paris, un jeune écrivain et critique littéraire d’avant-garde, André Breton, encourage le mouvement Dada au moyen d’articles et de connexions dans le monde littéraire.

Le rapport de Breton au dadaïsme est ambigu : ses manifestations artistiques créent le chaos et suscitent le scandale, plongeant bien vite leur auteur dans le doute. Ce doute mènera, au début du surréalisme.

Allemagne

L’une des effervescences les plus puissantes se produit en Allemagne, où, au lieu de s’opposer radicalement aux balises et préconçus de l’art de l’époque, les dadaïstes revenus de Zurich prennent une toute autre tangente : celle de la révolution politique.

Lorsqu’il revient à Berlin, Richard Huelsenbeck ne perd pas une seconde : en 1918, il prononce son premier discours Dada et fait paraître, dans l’année suivante, un manifeste.

Les activités divergent bien vite des manifestations spontanées et chaotiques du Cabaret Voltaire, et deviennent un outil de propagande et de satire anti-nazi.

Les artistes européens semblent désireux de se joindre à un mouvement qui propose de faire table rase.

Première exposition Dada à Berlin

Berlin voit la première exposition internationale de Dada, en 1920, qui présente, entre autres, les œuvres d’Hannah Höch, Francis Picabia, Jean Arp, Max Ernst. Lors de cette exposition, les pièces sont entourées de slogans révolutionnaires, anti-nazis, qui positionnent de manière explicite les artistes quant au gouvernement.

Ailleurs en Europe, comme en Géorgie, au Pays-Bas, en Russie et en Yougoslavie, des artistes, principalement des poètes, organisent les lignes de front Dada.

Se concentrant autour de l’œuvre subversive de Tzara, de Ball et de Hausmann, les artistes européens, tous affectés par l’esprit sinistre qui terrasse l’Europe après la Première Guerre mondiale, semblent désireux de se joindre à un mouvement qui propose de faire table rase.

Dada aux États-Unis

Dada aux États-Unis

À la moitié de la décennie 1910, Marcel Duchamp, Man Ray et Francis Picabia s’installent aux États-Unis pour y exposer leurs œuvres. Malgré de premières œuvres qui causent un certain remous dans les bonnes mœurs américaines, dont le Nu descendant un escalier de Duchamp, le mouvement acquiert rapidement une certaine notoriété.

L’avant-garde américaine, un peu stagnante à l’époque, trouve dans l’arrivée en sol américain d’artistes européens, de nombreuses idées qui insufflent un vent de renouveau à toute une génération.

Malgré de maintes expositions et le lancement de la revue 291, ils sont forcés de conclure que Dada n’est pas fait pour vivre en sol américain, malgré le succès relatif des ready-mades de Duchamp. Cependant, des artistes telles que Béatrice Wood (peintre) et Clara Tice (peintre et poétesse) continuent à faire vivre le mouvement aux États-Unis, lui donnant un tournant un peu plus érotique.

Tice produit même, au courant des années 20, une version frivole des Fables de la Fontaine où les animaux sont remplacés par des femmes nues, qui ne manque pas de provoquer les réactions les plus négatives chez les Américains.

Les dadaïstes américains

En sol américain, Dada s’est beaucoup plus étendu sur l’art plastique que sur la littérature, contrairement à la branche européenne du mouvement, qui, avec des figures comme Tristan Tzara, Paul Éluard, Hugo Ball ou André Breton, est surtout resté parmi les lettres et les jeux de langage.

Les dadaïstes américains se font moins tapageurs que leurs comparses français, mais ont tout autant d’impact sur le monde intellectuel et artistique les environnant, semant des idées qui mèneront plus tard au Pop Art et au conceptualisme.

En sol américain, Dada s’est beaucoup plus étendu sur l’art plastique que sur la littérature.

Dada à New York

Le peintre, photographe et réalisateur Man Ray est l’un des premiers à se joindre à Duchamp et à Picabia dans leur effort de faire vivre Dada à New York.

Se frottant sans cesse à la critique, notamment dans le cadre de l’exposition de l’œuvre Fontaine de Duchamp en 1917, les trois artistes sont bien vite forcés de reprendre la route du vieux continent, Man Ray concluant que « Dada ne peut vivre à New York ».

Contre toute attente, entre 1945 et 1957, Dada connaît un réel essor à New York. La fin de la Deuxième Guerre mondiale fait ressortir le mouvement, et l’avant-garde américaine, si elle ne se revendique pas exactement de l’idéologie dadaïste, y puise plusieurs concepts.

John Cage, le compositeur contemporain, pourrait par exemple y avoir tiré son intérêt pour le hasard dans la musique ; des plasticiens tels que Jeff Koons et même Andy Warhol, utiliseront à leur tour, dans la veine de Duchamp, des objets usuels placés hors contexte, comme une conserve de soupe ou une bouteille de whisky, pour questionner la définition d’œuvre d’art.

Galerie d’oeuvres Dadaïstes

Artistes Dada célèbres

Tristan Tzara

Tristan Tzara est largement considéré comme le père de Dada, et son chef de file.

En compagnie de Marcel Janco et d’Hugo Ball, il pose, en 1915, les fondations de ce mouvement étrange et sans pareil. Tzara œuvre surtout en poésie et en dramaturgie : sa pièce la plus connue, Le Cœur à gaz, a causé une émeute lors de la première représentation.

 

Marcel Duchamp

Marcel Duchamp est sans doute le dadaïste le plus connu.

Durant sa carrière, il invente le concept du ready-made, qui va avoir une large influence sur les artistes du Pop Art. Il s’agit de la technique qui consiste à sélectionner un objet du quotidien, en dehors du paradigme de l’œuvre d’art, et à l’élever comme tel.

Le ready-made le plus connu du Duchamp est Fontaine, qu’il tente d’exposer en 1917. Cet urinoir, banal en apparence, cause bien des remous dans le monde des arts, ouvrant à nouveau le débat sur le rôle de l’artiste et la nature d’une œuvre d’art.

 

Artistes issus du DADAÏSME

A

Jean (Hans) ARP

Sculpteur, peintre et poète dadaïste. Il participe à la fondation de Dada dès 1916. Arp illustra par ailleurs plusieurs ouvrages de la collection portant sur le mouvement. Il était l’époux de Sophie Taeuber, elle aussi artiste issue de mouvement.

B

Hugo BALL

Écrivain et poète allemand. Cofondateur du Cabaret Voltaire avec sa compagne Emmy Hennings, qu’il épousa en 1920.

André BRETON

Essayiste, poète et écrivain français dont l’oeuvre littéraire, particulièrement ses critiques et théories portant sur les arts plastiques, eut un impact majeur sur l’art au XXe siècle.

Erwin Blumenfeld

Peintre et photographe allemand, participant au mouvement Dada en Hollande.

C

Paul Citroen

Peintre, photographe et illustrateur allemand ayant participé au mouvement Dada en Allemagne au début des années 1920.

John Covert

Peintre américain. Après ses études en Europe, il fait un retour dans son pays d’origine et s’inspire de l’oeuvre de Marcel Duchamp, célèbre Dada. Son oeuvre est considérée comme étant la plus proche de l’esprit dadaïste new-yorkais vers la fin de la Première Guerre mondiale.

D

Marcel Duchamp

Peintre et sculpteur franco-américain. Inventeur des ready-made. Duchamp a eu un grand impact sur le dadaïsme.

Suzanne Duchamp

Peintre dadaïste française et soeur de Marcel Duchamp. Elle acheva sa première oeuvre Dada en 1919.

E

Max Ernst

Peintre et sculpteur allemand. En 1920, il fonde avec Jean (Hans) Arp le groupe Dada de Cologne, en Allemagne.

F

Otto Freundlich

Sculpteur et artiste peintre juif allemand. En 1919, il organise avec une poignée d’acolytes, dont Max Ernst, la première exposition Dada en Allemangne.

Elsa Von Freytag-Loringhoven

L’inspiratrice et artiste visuelle surnommée « Dada baroness » fut une figure de proue du mouvement dadaïste par son excentricité démesurée.

G

George Grosz

Peintre allemand et membre influent du mouvement Dada en Allemagne. Il organise la première foire Dada à Berlin, en 1920.

H

Emmy Hennings

Danseuse, poétesse et écrivaine allemande. Cofondatrice du Cabaret Voltaire, à Zurich, avec son compagnon Hugo Ball.

Richard Huelsenbeck

Écrivain, poète et musicien allemand. L’un des fondateurs de Dada et responsable de son implantation en Allemagne. Il est l’un des organisateurs de la première foire Dada en Allemagne en 1920.

Raoul Hausmann

Artiste autrichien, co-fondateur du groupe Dada-Berlin en 1918. Il invente le photomontage. Compagnon de Hannah Höch.

Hannah Höch

Artiste plasticienne allemande, compagne de Raoul Hausmann. Elle est la seule femme ayant participé de façon active aux manifestations Dada de Berlin.

J

Marcel Janco

Peintre et architecte roumain. Il est l’un des peintres principaux lié au mouvement dadaïste.

P

Clément Pansaers

Artiste multidisciplinaire belge, ayant principalement porté son art vers la sculpture, la gravure, la peinture ainsi que la poésie. Il est l’un des principaux représentants dadaïstes en Belgique.

Francis Picabia

Sympathisant Dada français, peintre, graphiste et écrivain. Implanta Dada à Paris avec André Breton.

R

Man Ray

Peintre, photographe et réalisateur de films parisien, adapte de dadaïsme. Il forma la première branche Dada à New York puis se replia sur l’Europe en 1920, n’ayant pas obtenu le succès escompté. Il déclara que « Dada ne peut pas vivre à New York ».

Hans Richter

Peintre et cinéaste Dada d’origine allemande. Se joignit au mouvement dès 1916.

S

Kurt Schwitters

Chef de file du mouvement Dada dans sa ville natale d’Hanovre, il est un peintre et poète non conventionnel et anarchiste. Fondateur du « Metz », mouvement parallèle au dadaïsme en Allemagne.

T

Sophie Taeuber-Arp

Peintre, danseuse et sculpteure suisse, compagne de Jean (Hans) Arp, qu’elle épousa en 1922. Ses talents de danseuse lui ont permis de faire ses premiers pas au Cabaret Voltaire, à Zurich. Son compagnon ainsi qu’elle-même sont très impliqués dans le mouvement Dada suisse.

Tristan Tzara

Poète, écrivain et essayiste roumain. L’un des fondateurs de Dada.

W

Beatrice Wood

Peintre américaine liée au dadaïsme. On la surnomma d’ailleurs « Mama of Dada ». Impliquée dans les tentatives d’implantation du mouvement à New York, peu avant la fin des années 1910.

0
    0
    Panier
    Votre panier est videRetour au shop